Actualités de la ville

Commémoration de l’abolition de l’esclavage 22.05.2013

Album photo

ALLOCUTION DU DEPUTE-MAIRE
MORNE DE LA MEMOIRE « RESPE BA YO »

Madame la représentante du Conseil Régional
Monsieur le représentant du Conseil Général,
Mesdames, Messieurs, les élus de la ville,
Monsieur le représentant du Comité Marche 98,
Monsieur le Coordonnateur Jean-Michel SAMBA,
Monsieur Jean MOISA, Concepteur des livres de la mémoire,
Messieurs Alain et Jean-Marc BUNEL, marbriers,
Messieurs les représentants des associations,
Artistes présents et invités,
Mesdames et Messieurs les visiteurs,
Mesdames, Messieurs en vos grades et qualités,
Chère population

Mes chers compatriotes,

Le symbole est fort !
Nous voilà, à l’issue de cette marche de la mémoire, en ce nouveau lieu que la ville des Abymes tient à consacrer au souvenir de nos glorieux aïeux.
Nous sommes les sang-mêlés d’une histoire improbable, nés du sang et des larmes. Une tragédie innommable, irréparable, génocidaire et dont la barbarie continue de faire écho à l’ordre du monde tel qu’il est aujourd’hui. Et nos esprits vigilants refusent d’être les buvards de l’oubli.
Nous voici, en ce lieu du Morne Portal, que nous appellerons désormais Morne de la Mémoire, que nous avons pris soin d’habiller d’un halo de lumière, destiné à illuminer nos consciences, afin que plus jamais l’Humanité ne puisse revivre pareille ignominie.
Des enfants, des femmes et des hommes arrachés à leur terre, civilisés pourtant jusqu’à la moëlle comme l’a affirmé le philosophe Allemand Frobénius, ont été terrassés par la force mécanique et militaire du commerce triangulaire.

Ils ont, au hasard des débarquements négriers, peuplé nos archipels et nous ont donné vie.
Une vie conquise au prix de leurs combats héroïques pour survivre aux atrocités de l’homme sur l’homme.
Pour autant, ici et maintenant, nous sommes debout, ensemble, résilients de cette histoire qui est la nôtre et qui fait de nous ce que nous sommes.

Rèspè BA YO ! Limiè SI YO !

Cette lutte acharnée pour la vie nous a pétris et fait de nous des êtres universellement singuliers.
Et la force de notre recueillement à cet instant porte le sceau de la reconnaissance que nous leur devrons toujours.
Les 1480 noms inscrits dans le marbre de nos mémoires et que nous venons de dévoiler, sont la signature d’une identité pas à pas recherchée. Le témoignage de la quête continuelle et laborieuse d’une généalogie sereine, apte à nous enraciner dans notre dedans. A nous rendre « mieux propriétaires » de nos contrées et de nous-mêmes, tout en étant ouverts à la lecture du Tout-Monde, cher à Edouard Glissant.

Rèspè BA YO ! Limiè SI YO !

Mais l’identité recherchée, la quête de soi-même peuvent-elles justifier la perte de la raison ? Si nos aïeux sont morts, n’est-ce pas pour que nous appréciions davantage la vie ? Lorsque nous assistons à ce déferlement de la violence dans nos villes et dans nos campagnes, lorsque nous partageons la tristesse de ces familles qui n’ont pas choisi ce destin, nous sommes en droit de nous interroger : le sacrifice de nos aïeux aura-t-il été vain ?
Aujourd’hui et maintenant, sur le Morne de la Mémoire, nous nous souvenons de nos aïeux, ils furent notre histoire, ils sont notre fierté. Mais nous nous souvenons aussi de ces familles qui sont dans la peine.
Nous appelons la sérénité sur les Abymes et sur la Guadeloupe toute entière.
Que le Morne de la Mémoire, devienne un espace dédié au repos des âmes, à la paix, à la concorde, à la réconciliation.

Merci au Professeur Serge ROMANA et au Docteur Emmanuel GORDIEN qui nous ont aidés à bâtir ce projet et à faire émerger cette dynamique mémorielle au service de notre Histoire.
Merci à Francesca FAITHFUL VELAYOUDOM, élue déléguée à la Culture, qui s’est dévouée pour faire avancer le fanal de cette reconnaissance à nos aïeux en ces lieux.
Merci à Monsieur Jean MOISA, concepteur des livres de la mémoire et à Messieurs Alain et Jean-Marc BUNEL dont l’œuvre s’affichera comme le grand témoignage des actes libérateurs de nos vaillants ancêtres.
Merci à vous public nombreux, venu enrichir et légitimer par votre présence massive cette démarche salutaire en direction de ceux qui furent, pour que nous soyons.
Merci à tous les porteurs de flambeaux de toutes origines et de toute obédience, qui avant nous, ont œuvré pour la perpétuation du souvenir de nos aînés.
Que le Morne de la Mémoire entretienne sans fin la flamme du souvenir !
Qu’il constitue un maillon essentiel de la transmission de la mémoire.

Je vous remercie
Eric JALTON
Député Maire de la ville des Abymes

Copyright © 2011-2019 Ville des Abymes | Tous droits réservés | Réalisé par IPEOS I-Solutions